Return to site

L'économie de partage, ce n'est pas l'uberisation de la société

Nombreux spécialistes se sont consacrés à la question de l’économie de partage comme futur modèle économique. Une question qui a même traversé la sphère politique. Mais cet intérêt n’empêche guère les réponses vagues des uns et des autres sur la question. Ainsi, nous sommes nombreux à utiliser presque naturellement et inconsciemment l'exemple d’Uber, grande entreprise mondiale, pour définir cette nouvelle économie.

 

En réalité, ce rapprochement est plutôt dangereux. L’économie de partage n’est pas Uber et elle participe encore moins à l’uberisation de la société. C'est une idée souvent retenue par les détracteurs de ce nouveau modèle économique. Ces derniers généralisent le modèle d'Uber sous un modèle qui dérègle le marché, représente une concurrence déloyale aux secteurs traditionnels, les met en péril et de fait menace l’ordre social (chômage en masse, protection sociale en rabais, pauvreté).

 

A cet égard, Uber, entreprise qui ne bénéficiait pas de contraintes réglementaires et législatives (acquisition de la licence pour les taxis), n'ayant pas besoins d’infrastructure lourde (bureaux, services etc.), a réussi à mettre en concurrence l'industrie des taxis au point de la mettre en péril.

En réalité l'économie de partage n'est pas ce monstre qui participera à la dérégulation et à la régression sociale : c'est tout sauf une uberisation. L’économie de partage, c’est surtout l'économie du partage de biens et services. C’est un écosystème qui permet à un individu A de louer la voiture ou la perceuse de l'individu B. C'est donc avant tout un moyen de s'organiser et d'avoir une place dans une société sans être forcément propriétaire. Elle nous éloigne donc des configurations de la société de consommation où le contentement social dépend du degré d'achat ou encore des anciens ordres sociaux où la propriété détermine essentiellement le statut social.

 

Loin d'être destructrice, l’économie de partage est donc sociale et solidaire. Elle conduit également vers une transition écologique importante par la diminution de production qu'elle engendre naturellement.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly