Return to site

Quel rôle pour le citoyen dans la transition écologique ?

 La transition écologique est une notion polysémique qui renvoie à plusieurs interprétations possibles des relations entre les sociétés et leur environnement. Celle- ci est uniforme et peut emprunter différents chemins selon les acteurs qui se mobilisent, les milieux urbains, culturels et politiques dans lesquels elle émerge. Dans cette même logique les courants scientifiques s’étant intéressé à la relation entre le citoyen et la transition écologique y proposent différentes réponses.

Rob Hopkins insiste sur une contribution des citoyens à une résilience locale. Il prend l’exemple de la ville de Totnes ou « la campagne Rues en transition a réuni 550 ménages qui se sont engagés à adopter des gestes simples pour économiser l’eau et l’énergie ou réduire les déchets. En fermant les portes et les fenêtres, en raisonnant leur consommation d’électricité, de gaz, de produits alimentaires, ces familles ont réussi à économiser 700 euros et à éviter l’émission de 1,2 tonne de CO2 chaque année ».

Ce dernier défend donc deux idées : Dans un premier temps, la transition écologique passe par une action citoyenne. Dans un deuxième temps, Elle est efficace surtout au niveau local. Cette pensée nous rappelle sans doute celle de Jonathan Durand Folco, qui voit le municipalisme et le système de « démocratie directe » qui s’y accompagne comme seul véritable chemin à la transition écologique.

D’autres courants concentrent leur analyse sur l’évolution des systèmes culturels, des modes de vie, et les mouvements institutionnels nécessaires à la mise en mouvement de la transition écologique. Autrement dit la bonne volonté d’un certain nombre de citoyens parait trop faible pour assurer cette transition écologique. Un changement général des mentalités, des habitudes et des modes de vie semble nécessaire. Ainsi Rostow n’expliquait -il pas, dans les pays de l’ouest, le passage d’une société traditionnelle à une société industrielle par une mutation des mentalités et des modes de vie, par l’essor d’une nouvelle classe : celle de l’entrepreneur, par l’émergence de nouvelles institutions visant le développement économique ? Pour ces derniers, la transition écologique doit donc se faire par le haut, une institution doit la conduire.

La transition écologique peut- elle se faire au niveau local ? Le citoyen y joue-t-il un rôle prépondérant ? Doit- on l’inclure ? La troisième édition de Sharin’Grenoble Intitulée « Nouveau services aux citoyens : quels business models pour quels enjeux ? » apportera des réponses à ces questionnements. Six spécialistes de la question apporteront leurs différents avis.

Ce sera le 30 Mars 2018 à Grenoble Ecole de Management.

Réserver votre place en cliquant sur "Billetterie".

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly